Agenda

Octobre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nouveautés

Inscriptions

INSCRIPTIONS DES NOUVEAUX ELEVES :

du 2 au 6 juillet 2018

 

 

 

 

Concours Meilleur Apprenti de France au Lycéee Jean Capelle

APB 2017 : ATTENTION AUX DATES !

APB

facebook

1 TEXTES ET LOI SUR LE HANDICAP

2 FICHES –RESSOURCE

                - LES TYPES DE HANDICAP

                - LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE.

                - LES DYS

3 LES OUTILS

                - PPS/PAI/PPRE/PAP

                - Un exemple d’outil /LE  Gevasco pour élaborer un PPS

4 PEDAGOGIE(en cours d’élaboration)

                -UN EXEMPLE DE PROJET PEDAGOGIQUE EN CLASSE DE 2 BAC ASSP ET T BACASSP ANNEE         2018-2019 :

                                               « CULTIVONS NOS DIFFERENCES »

5 GLOSSAIRE

6 SITOGRAPHIE - BIBLIOGRAPHIE

1 TEXTES ET LOI SUR LE HANDICAP

INTRODUCTION

Depuis la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, ce n’est plus à l’enfant en situation d’handicap de s’intégrer à l’école mais, c’est à l’école de s’adapter à lui.

On parle d’école inclusive: faire AVEC les autres pas COMME les autres.

C’est à cette date qu’ont été créées les MDPH : mise en place du PPS (Projet personnalisé de scolarisation)

 

 introduction.jpg

 La loi du 11 février 2005

 « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. »

(Art. L. 114. du Code de l’action sociale et des familles)

 Les grandes avancées

 La loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté despersonnes handicapées du 11 février 2005 apporte des évolutions fondamentalespour répondre aux attentes des personnes handicapées.

Le droit à compensation

La loi handicap met en oeuvre le principe du droit à compensation du handicap,en établissement comme à domicile. La prestation de compensation couvreles besoins en aide humaine, technique ou animalière, aménagement dulogement ou du véhicule, en fonction du projet de vie formulé par la personnehandicapée.

La scolarité

La loi handicap reconnaît à tout enfant porteur de handicap le droit d’êtreinscrit en milieu ordinaire, dans l’école la plus proche de son domicile.

L’emploi

La loi handicap réaffirme l’obligation d’emploi d’au moins 6 % de travailleurshandicapés pour les entreprises de plus de 20 salariés, renforce les sanctions,crée des incitations et les étend aux employeurs publics.

L’accessibilité

La loi handicap défi nit les moyens de la participation des personneshandicapées à la vie de la cité. Elle crée l’obligation de mise en accessibilitédes bâtiments et des transports dans un délai maximum de 10 ans.

Les Maisons départementales des personnes handicapées

La loi handicap crée les Maisons départementales des personnes handicapées(MDPH). Elles exercent, dans chaque département, une mission d’accueil,d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapéeset de leurs proches, d’attribution des droits ainsi que de sensibilisation detous les citoyens au handicap.

Source handicap.gouv

Lois, règlements, Textes de référence

GÉNÉRALITÉS

Définition du handicap

article L. 114 du Code de l’action sociale et des familles.

École inclusive

article L. 111-1 du Code de l’éducation.

Droit de tous les élèves en situation de handicap à la scolarisation

article L. 112-1 du Code de l’éducation.

PROJET PERSONNALISÉ DE SCOLARISATION

Définition du PPS

articles L. 112-2 et D. 351-5 du Code de l’éducation.

Modèle

Arrêté du 6 février 2015 relatif au document formalisant le Projet personnalisé

de scolarisation mentionné à l’article D. 351-5 du Code de l’éducation.

DÉCISIONS DE LA CDAPH

Orientation

article L. 351-2 du Code de l’éducation,

article D. 351-7 du Code de l’éducation,

article L. 241-6 du Code de l’action sociale et des familles.

Matériel pédagogique adapté

Circulaire n° 2001-221 du 29 octobre 2001.

Aide humaine

articles L. 351-3 et D. 351-16-1 à D. 351-16-4 du Code de l’éducation

UNITÉS D’ENSEIGNEMENT DES ÉTABLISSEMENTS

ET SERVICES MÉDICO-SOCIAUX

articles D. 351-17 à D. 351-20 du Code de l’éducation,

Arrêté du 2 avril 2009 précisant les modalités de création et d’organisationdes unités d’enseignement dans les établissements et services médico-sociauxou de santé, pris pour l’application des articles D. 351-17 à D. 351-20 du Codede l’Éducation.

GEVA-SCO ET ÉQUIPE DE SUIVI DE LA SCOLARISATION

article D. 351-9 du Code de l’éducation,

Arrêté du 6 février 2015 relatif au document de recueil d’informations mentionné

à l’article D. 351-10 du Code de l’éducation, intitulé « guide d’évaluationdes besoinsde compensation en matière de scolarisation » (GEVA-Sco).

ENSEIGNANTS RÉFÉRENTS

articles D. 351-12 et D. 351-13 du Code de l’éducation,

Arrêté du 17 août 2006 relatif aux enseignants référents et à leurs secteursd’intervention (JO n° 192 du 20 août 2006 ; BO n° 32 du 7 septembre 2006).

AMÉNAGEMENTS D’EXAMENS ET CONCOURS

articles D. 351-27 à D. 351-31 du Code de l’éducation,

Circulaire n° 2015-127 du 3 août 2015.

 Source : guide pour la scolarisation des enfants et des adolescents en situation de handicap 2015 /MAIF

2 FICHES –RESSOURCE

-LES TYPES DE HANDICAP

Quels sont les différents types de handicap ?

  • La déficience cognitive
    Atteinte de l’intelligence à des degrés divers ; difficultés de mémorisation  et d’abstraction.
  • La déficience psychique
    Troubles de la pensée, de la perception, de la communication, du comportement, de la relation, de la vie émotionnelle et affective…
  • La déficience visuelle
    Troubles de l’acuité visuelle, cécité, troubles du champ visuel, de la reconnaissance visuelle, absence de cristallin…
  • La déficience auditive
    Troubles de la perception acoustique.
  • La déficience motrice
    Troubles moteurs pouvant toucher la tête, le tronc, les membres.
  • Le polyhandicap
    Conjugaison de plusieurs déficiences.
  • L’autisme
    Trouble global du développement, caractérisé par un fonctionnement déviant et/ou retardé dans le domaine des interactions sociales, de la communication verbale et non verbale, du comportement.
  • Les troubles spécifiques des apprentissages
    • La dyslexie
      Difficulté dans la reconnaissance exacte et/ou fluente de mots ; déficit dans la composante phonologique du langage.
    • La dysorthographie
      Troubles spécifique de l’orthographe, qui accompagne la dyslexie
    • La dyscalculie
      Trouble du calcul ou de l’arithmétique
    • La dyspraxie
      Trouble de l’apprentissage gestuel, c’est-à dire de mouvements coordonnés dans le temps et l’espace en vue de la réalisation d’une action volontaire.
    • La dysphasie
      Trouble structurel, durable, de l'apprentissage et du développement du langage oral pouvant prendre des formes diverses (paroles indistinctes, trouble de la syntaxe...).

-LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUES

THEME : L'AUTISME

L’expression « troubles envahissants du développement (TED) » est remplacée par celle de «  troubles du spectre autistique (TSA) ».

Les TSA regroupent :

-L’autisme (ou trouble autistique) qui concerne les enfants présentant l’ensemble des caractéristiques avant l’âge de 3 ans avec parfois une déficience intellectuelle ;

- Le syndrome d’Asperger qui est souvent plus tardivement diagnostiqué. Les caractéristiques sont présentes de façon plus subtile. Il n’y a pas de déficience intellectuelle associée ni de retard de développement du langage ;

- Le trouble envahissant du développement non spécifié qui concerne les enfants ne présentant pas l’ensemble des caractéristiques avec parfois une déficience intellectuelle.

1 DEFINITION

L’autisme est un trouble neuro-développemental précoce qui dure toute la vie. Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de médicament spécifique pour l’autisme, mais une prise en charge adaptée permettant de mieux vivre avec l’autisme. 
L’autisme peut être repéré avant l’âge de 2 ans, mais le diagnostic est possible tout au long de la vie.

L’autisme et les troubles qui lui sont apparentés constituent un ensemble de syndromesregroupés dans la classification internationale des maladies (CIM 10) sous le terme de« troubles envahissants du développement » (TED).

 

Ils se caractérisent néanmoins tous par ce qu’on appelle «  la triade autistique ».

2 « LA TRIADE AUTISTIQUE »

Cliniquement, « la triade autistique » caractérise les troubles envahissants du développement :

 « Un déficit des interactions sociales, de la communication et des particularités des intérêts et des activités qui entravent le développement de l’enfant et engendrent, sa vie durant, des handicaps sévères et lourds de conséquences pour lui-même et la vie familiale. »

tsa1.jpg

                                                                  Source :CRA AQUITAINE

  • PARTICULARITES DE L’AUTISME

L’autisme est un handicap qui dure toute la vie :

-Un diagnostic posé dans l’enfance est fiable à l’âge adulte.

-Les symptômes autistiques sont variables et évolutifs, Ils dépendent :

            - De l’âge chronologique du sujet

            - Du niveau de développement du sujet (du niveau intellectuel)

            - De l’intensité du trouble autistique

            - Des signes associés

Troubles associés :

 

-Déficit attention (hyperactivité)

-Troubles anxieux

-Troubles du sommeil

-Trouble du comportement / automutilations / crisesclastiques

-Troubles somatiques

-Tr. psychomoteurs : marche, équilibre, motricité fine …

-Troubles alimentaires (sélection,…)

-Troubles sphinctériens

 

4 –ADAPTATIONS PEDAGOGIQUES

tsa2.jpg            (sourceEduscol)

 tsa3.jpgtsa4.jpg                                                                                              Source Eduscol TED

 5 Quelques rappels pour l’inclusion

5.1La résistance au changement

– Donner un environnement sécurisant

– Diminuer les temps de transition entre deux activités

– Permettre une routine quotidienne

– Anticiper les surprises

– Exposition graduelle aux nouveautés

5.2La vulnérabilité émotionnelle

– Permettre à l’enfant d’anticiper les évènements

– Aider l’enfant à gérer ses émotions, à les communiquer, à demander de l’aide

– Rester calme et patient, parfois utiliser le retrait d’attention

– Être attentif aux signes d’alerte, aux changements de comportement

5.3 L’altération des interactions sociales

– Protéger l’enfant pour qu’il ne soit pas ridiculisé

– Informer l’enfant ou l’adolescent sur ce qu’est le syndrome d’asperger

– Enseigner aux pairs ce qu’est le syndrome d’asperger et mettre en avant leurs compétences académiques

– Soutenir les compétences sociales, les aider à décoder, à exprimer, à analyser une situation sociale

– Proposer un tutorat avec les pairs

5.4Les intérêts restreints

– Limiter les discussions autour de leur centre d’intérêt à un temps spécifique

– Renforcer l’enfant lorsqu’il parle d’autre chose

5.5Les difficultés attentionnelles

– Consignes courtes

– Le placer devant

– Afficher les règles au mur, utiliser des gestes plutôt que des ordres pour lui

rappeler les règles.

– Visualiser le temps d’une activité ou séance de travail

– Alterner tâches simples/tâches complexes

5.6Les difficultés scolaires

– Individualiser le programme

– Ne pas penser que l’enfant a compris quand il répète une notion

– Définir le vocabulaire, expliquer plus

– Face à leur difficulté de compréhension écrite, stimuler la représentation

mentale, mettre en images

– Un mode d’apprentissage privilégié: le visuel (schémas, tableaux, pictos)

                                                                       Source :

tsa5.jpg

Bibliographie

Liens internet :

-MEN.DGSECO, Scolariser les enfants présentant des troubles envahissants du développement (TED) et des troubles du spectre autistique, Août 2012 http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Handicap/38/3/TED_eduscol_226383.pdf

-Sésame Autisme : www.sesame-autisme.com

-INS HEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés) : www.inshea.fr

-www.cra-npdc.fr/categorie/outils-du-cra/

-www.autisme-ressources-lr.fr/Bibliographies

 

Ouvrages généraux sur l’autisme :

-Attwood T. (2003) « Le Syndrome d’Asperger et l’autisme de haut niveau » Dunod

-Vermeulen, P. (2005) « Comment pense une personne autiste ?

Ouvrages en lien avec la scolarisation :

-Bintz E. (2013) « Scolariser un enfant avec autisme, concrètement que faire? » Ed. Tom pousse

-Chanrion A. (1999). « Accueillir un jeune enfant autiste » Ed. Assoc. Une souris verte

-Willis C. (2009). « Les jeunes enfants autistes à la garderie et à l’école. Stratégieset conseils pour les éducateurs et enseignants ». Ed .Chenelière Education

-« L’autisme jour après jour, agir pour l’aider » (Module 2) Ed. AssociationParticipate

DVD :

-« ASH : Auxiliaire de Vie Scolaire, de la théorie à la mise en oeuvre » (2012).

CRDP Académie de Toulouse (Vidéos 2 et 3 : sur les TED)

 

FILMOGRAPHIE

PHILIBERT Frédéric, Mon petit frère de la lune - Dessin animé - 2007 - 6 minutes http://eduscol.education.fr/cid66233/ressources-pour-le-premier-degre.html

Les DYS

Les troubles des apprentissages sont difficiles à repérer tant pour les parents que pour les enseignants. Ils se repèrent le plus souvent au cycle 2 à partir du CP et du CE1 et se confondent souvent avec des difficultés liées à l’apprentissage à l’école. Les premiers repères sont souvent identifiés comme « quelque chose qui ne va pas » ; l’enfant parle mal, a des difficultés à apprendre, à écrire, à dessiner ou à lacer ses chaussures...

Les troubles des apprentissages correspondent aux troubles Dys.Ils sont innés, durables et définitifs.

On peut les regrouper en 6 catégories :

  • Les troubles du langage écrit : dyslexie, dysorthographie
  • Les troubles du langage oral : dysphasie
  • Les troubles du développement moteur ou des fonctions visuo-spatiales :

ladyspraxie accompagnée souvent d’une dysgraphie

  • Les troubles d’attention avec ou sans hyperactivité (THADA)
  • Les troubles mnésiques
  • Les troubles spécifiques des activités numériques : dyscalculie

Un trouble de l’apprentissage n’apparaît que lorsque les difficultés scolaires sont durables et qu’elles persistent malgré les moyens utilisés pour les corriger comme :

  • la remédiation
  • la différenciation pédagogique
  • le tutorat

Les difficultés scolaires

Dans le cas d’un trouble DYS, les difficultés scolaires se manifestent généralement par :

  • des difficultés sélectives : l’élève montre de bons résultats dans la majorité des matières, mais des difficultés  dans une matière en particulier comme la lecture, l’écriture, l’orthographe ou le calcul.
  • des difficultés globales : l’élève ne fournit pas les résultats scolaires attendus malgré ses compétences.
  • un retard scolaire : il y a un décalage important entre les acquisitions de l’élève et celles des autres élèves de son âge.

En plus des difficultés scolaires, un élève avec des troubles DYS peut également présenter :

  • des troubles du comportement, qui peuvent se manifester par des symptômes d’inadaptation scolaire, trop souvent considérés par de la paresse chez l’enfant ;
  • des troubles de la communication et du langage  à l’oral et/ou à l’écrit ;
  • des troubles affectifs souvent associés à des troubles de l’humeur ;
  • des troubles fonctionnels comme la fatigue.

Un bilan pluridisciplinaire est prescrit par un médecin et fera intervenir selon les troubles de l’enfant :

  • un orthophoniste
  • un neuropsychologue
  • un psychologue clinicien
  • un psychomotricien
  • un ergothérapeute
  • un ophtalmologiste

Chaque bilan a sa spécificité.

Selon l’INSERM, ils se "manifestent chez des enfants qui ont une intelligence et un comportement social normaux et qui ne présentent pas de problèmes sensoriels (vue, ouïe). Ces enfants éprouvent des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à orthographier, à s’exprimer ou encore à se concentrer. Les aires cérébrales impliquées, les manifestations et les prises en charge diffèrent selon les troubles. Cependant, l’association de plusieurs de ces troubles (deux ou plus) est fréquente chez un même enfant : cela suggère l’existence possible d’un mécanisme commun qui serait à l’origine de ces dysfonctionnements, vraisemblablement au cours du développement. Cette piste est actuellement explorée par les chercheurs."[3]

POUR ALLER PLUS LOIN :

Vidéos

1 - Dyspraxie

Synopsis : L'histoire de Gaël. Vidéo d'explication de la dyspraxie.

Durée : 3 min 38 s

Visionner la vidéo : Cliquer sur la touche CTRL de votre clavier (en bas à gauche) et cliquer en même temps sur le lien youtube, la vidéo va s'ouvrir dans une nouvelle fenêtre :

http://www.dailymotion.com/video/xffpfd_dyspraxie-l-histoire-de-gael_webcam

2 - Dysphasie

Synopsis : L'histoire de Léo. Vidéo d'explication de la dysphasie.

Durée : 2 min 28 s

Visionner la vidéo : Cliquer sur la touche CTRL de votre clavier (en bas à gauche) et cliquer en même temps sur le lien youtube, la vidéo va s'ouvrir dans une nouvelle fenêtre :

http://www.dailymotion.com/video/xffpdj_dysphasie-l-histoire-de-leo_webcam

FICHE RESSOURCE DYS 1 

Dyslexie

Définition

Difficultés sévères et durables d'acquisition du langage écrit chez des enfants d’intelligence normale, sans troubles sensoriels ni désordres affectifs graves.

Les recherches les plus récentes font l'hypothèse de troubles cognitifs multiples à l'origine DES troubles dyslexiques.

Un retard "simple" d'apprentissage peut s'apparenter à des troubles dyslexiques.

Signaux d’alerte

 Les erreurs de lecture ne sont pas spécifiques, par contre leur fréquence et surtout leur persistance sont caractéristiques :

  • Grande lenteur dans toutes les activités comprenant de l’écrit (lecture ou écriture) d’où impossibilité de traiter un devoir en entier
  • Ecriture peu lisible dans son contenu et sa forme (graphisme, orthographe et segmentation des mots)
  • Difficultés d’organisation, besoin de repères
  • Problèmes pour se situer dans le temps, pour établir une chronologie
  • Fatigabilité
  • Gêne par le bruit qui perturbe la concentration
  • Difficultés à lire, lenteur, erreurs sonores, paralexie (tabac/table), erreurs visuelles (p/q…)
  • Orthographe très défaillante
  • Meilleures performances à l’oral. Compréhension supérieure lorsque l’énoncé est oralisé
  • Capacités d’apprentissage normales si on passe par une autre modalité que l’écrit

Troubles associés possibles

 Retard de langage et de parole

- Troubles du regard (balayage, fixation, convergence, saccade, …)

- Troubles de discrimination phonémique (ta/da…)

- Problèmes temporo-spatiaux (ordre séquentiel, se diriger sur un plan)

- Difficultés de latéralisation.

- Agitation, inattention, renoncement, indifférence…

Ce que l'on peut faire

Pour l'enseignant

Certaines mesures sont à mettre en place en classe sans tarder :

  • Lire les consignes écrites
  • Limiter la copie : donner plus de temps, l’aider à finir un travail écrit
  • Aérer les documents, grossir les caractères
  • Connaître précisément les difficultés de l'élève par son observation et s'appuyer sur les bilans et les échanges avec la famille pour envisager des réponses pédagogiques adaptées : recourir à l'organisation d'équipes éducatives

A la maison

  • Proposer aux parents de continuer à lire des histoires, d'écrire sous la dictée de l'enfant, de préserver au mieux l'aspect plaisir du contact avec l'écrit
  • Ne pas se décourager devant la lenteur des progrès et la durée des rééducations

Ne pas minimiser les signaux d'alerte.

FICHE RESSOURCE DYS 2

Dysgraphie

Définition

 Troubles qui entraînent une lenteur importante dans la réalisation des productions graphiques et écrites, ou une malformation des lettres.

Signaux d’alerte

Problèmes généraux de précision et de maladresse persistants après le CP.

  • Mauvaise tenue persistante des outils (ciseaux, règle, crayon)
  • Difficultés persistantes dans la reproduction de formes
  • Refus d’écrire
  • Fatigue, crampe lors de l’écriture, poignet rigide
  • Ecriture difficilement lisible : télescopages, tracé trop léger ou trop écrasé, geste tremblé ou très mal maîtrisé, mauvaises dimensions, sens de la graphie, travail très peu soigné; par la suite (collège) : souvent écriture scripte
  • Lenteur, difficulté à l’école dans les exercices réclamant un passage à l’écrit 
  • Anxiété à l’approche de l’écriture 

Troubles associés

  • Troubles de la motricité fine
  • Difficultés praxiques, visuo-attentionnelles
  • Anxiété 

Ce qu’il faut faire

  • Favoriser l’oral pour vérifier les connaissances (épeler, compter …)
  • Continuer l’entraînement graphique (séquences courtes)
  • Valoriser la production orale, encourager
  • Aider à la tenue du cahier de textes (photocopies ou tuteur)

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Donner des lignes en punition
  • Culpabiliser l’enfant sur ses cahiers "sales et brouillons"
  • Obliger l’élève à recommencer un travail écrit non-satisfaisant.

FICHE RESSOURCE DYS 3

Dyscalculie

Définition

Difficultés à acquérir et maîtriser les différentes connaissances et habiletés à l’œuvre dans les mathématiques, que ce soit dans l’accès à la numération, dans l’apprentissage des opérations arithmétiques, la résolution de problèmes ou la géométrie.

Il s’agit d’un dysfonctionnement cognitif excluant tout trouble sensoriel et moteur, toute maladie neurologique et anomalie psychique chez un enfant d’intelligence normale.

Les signes d’alerte

  • Difficulté à mémoriser et traiter des informations
  • Trouble du langage sur certains concepts (différence, quantité, le tout et les parties, condition, mise en mots des hypothèses)
  • Difficulté à comprendre certaines formulations de problèmes
  • Mauvaise organisation spatio-temporelle gênant la mise en place de la numération, des opérations mathématiques
  • Mauvaise habileté motrice, problèmes de latéralité entraînant des difficultés dans les opérations géométriques (tracé, propriétés et différenciation des figures géométriques)
  • Retard dans l’acquisition des opérations mentales telles que décrites par Piaget (ex : conservation du nombre, sériation…)
  • Difficulté dans la planification de la tâche (créer des images mentales), la mise en œuvre et le contrôle
  • Difficulté (ou incapacité) à compter spontanément sur ses doigts

Ce qu’il faut faire

Bien cerner les difficultés de l’enfant pour éviter de lui proposer des aides qui seront pour lui des entraves (ex.  les activités visuo-spatiales telles que compter sur ses doigts ou le tableau à double entrée si une dyspraxie est associée).

FICHE RESSOURCE DYS 4

Dysphasie

Définition

Trouble spécifique du développement de la parole et du langage entraînant l’échec d’une acquisition normale du langage réceptif et/ou expressif qui ne résulte pas d’une déficience intellectuelle, d’une déficience sensorielle ni d’un désordre affectif grave.

Marques spécifiques de déviance :

Expression

  • Troubles de l'élocution : peuvent être massifs
  • Troubles de l'évocation : cherche ses mots, périphrases
  • Langage non informatif : incapable de transmettre une information uniquement par la parole
  • Syntaxe erronée: style télégraphique, difficulté de formulation
  • Langage spontané réduit : évite de parler, de prendre la parole, réponses oui /non

 Compréhension

Difficulté de compréhension : essentiellement des consignes verbales si absence de contexte, de support concret

 Tous les enfants dysphasiques ont des problèmes d'apprentissage : les troubles dysphasiques évoluent généralement vers des troubles dyslexiques, dysorthographiques...

Troubles associés possibles

  • Trouble d'abstraction
  • Persévération orale, graphique, motrice ; rigidité cognitive
  • Trouble de la perception du temps = difficultés à séquencer
  • Souvent difficultés praxiques : difficultés de perception spatiale (organisation gestuelle, graphisme)
  • Problèmes de comportement en rapport avec troubles de compréhension et d'adaptation à une nouvelle situation
  • Difficultés sociales dues aux troubles du langage

Forces et habiletés

  • Désir de communiquer
  • Motivation à apprendre
  • Bonne réussite dans les tâches qui ne requièrent pas de langage (sauf si un trouble praxique est associé)
  • Sens de l'observation aiguisé

Ce qu'il faut envisager à l'école

  • Essayer de comprendre l’enfant malgré ses difficultés de communication
  • Ne pas culpabiliser la famille, l’enseignant
  • Après diagnostic, le Projet Personnalisé de Scolarisation permettra de préciser les attentes et les objectifs de travail de chacun des partenaires intervenants (enseignants, parents, soignants), de solliciter les aides indispensables (humaines, matérielles)
  • Le choix d'outils pédagogiques appropriés pourra se faire sur les conseils des professionnels du Centre du Langage, en contactant les enseignants de la CLIS Dysphasie à La Motte, en consultant les sites spécialisés (www.coridys.asso.fr, www.dysphasie.ch ... )

Rééducations indispensables

Orthophonie, psychomotricité, psychothérapie.

3 LES OUTILS

                -PPS/PAI/PPRE/PAP

 

Ados du lycée de Bergerac